De retour à Shihoro

28 février 2018, 13h50 l’avion atterrit sur l’aéroport de Obihiro.
L’ile est couverte de neige et il fait un magnifique soleil. Le thermomètre est descendu à -17 degrés Celsius il y a quelques jours. Ce jour il marque -4.
J’ai le temps de charger les valises dans la voiture et rejoindre Shihoro sur une route sèche et avant la nuit.
C’est magnifique et facile. Quelle chance.
Il fallait en profiter…
Car le lendemain pendant que je suis retourné à Obihiro pour faire quelques courses la neige a commencé à tomber.. très fort.
Vers 16 heures les encombrements de circulation ont commencé et j’ai jugé prudent de rentrer plus tot que je ne l’avais prévu.
La route était blanche immaculée, je me sentais rassuré.
IMG_20180301_172347
Au dernier embranchement, à 500 mètres de la maison, impossible de prendre la dernière route, la voiture se bloquait dans la neige et n’avançait plus ni en avant ni en arrière.
des gens se sont arrêtés pour m’aider, nous avons pu avec des pelles débloquer la voiture, mais personne ne pouvait me conduire jusqu’à la maison.
Nous nous en fûmes au petit village de Nishikami, à proximité et les femmes qui m’avaient aidé ont appelé et attendu avec moi la police.
Deux hommes sont arrivés, nous nous sommes expliqués, nous sommes retournés avec leur auto voir l’état de la route que je n’avais pu emprunter, la neige tombait toujours à gros flocons le vent s’était levé et avait forme des congères.
Nous sommes partis tous les trois à pied. Tout de suite on enfonçait jusqu’au genoux dans la neige, c’était très difficile d’avancer et j’étais content de ne pas être parti seul.
Le vent m’arrachait mon chapeau que je devais récupérer au prix d’efforts supplémentaires.
Nous continuions de progresser lentement, un homme devant moi, un autre derrière, me soutenant parfois.
Une lumière venait vers nous, grossissant. C’était un énorme chasse neige qui me semblait venir de nulle part.
Un policier monta pour chercher son auto et revint un peu plus tard nous prendre et me déposer à la maison, non sans mal car de la route à la maison nous dûmes traverser une ultime congère et déblayer l’entrée qui n’était pas accessible.
Je voulais expérimenter un hiver à Hokkaido. De ce point de vue je puis me considéré satisfait.
Aujourd’hui il fait soleil.
J’ai fait des provisions.
Tout est bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>